La lagune de Bè : Un témoin silencieux des massacres du régime Gnassingbé

PAYS : Togo
DATE DE PUBLICATION : mercredi 25 avril 2018
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Politique
AUTEUR : Daniel Addeh

Le quartier Bè de Lomé est considéré comme étant le bastion de l’opposition togolaise. Sa lagune est tristement célèbre des massacres dont elle a été témoin. En avril 1991, un soulèvement populaire de remise en cause du règne du général Gnassingbé Eyadema a été violemment réprimé. 28 corps d’hommes, de femmes et d’enfants ont été repêchés de la lagune après cette atrocité.
À son décès en 2005, après le coup d’État militaire et constitutionnel perpétré par son fils Faure Gnassingbé pour s’accaparer du pouvoir, des manifestants qui réclamaient sa démission ont été massacrés au bord de cette lagune.
Monsieur Teko dont le fils a été tué par les militaires puis jeté à la lagune, n’a toujours pas pu récupérer le corps après 13 années passées à la morgue. Découvrez l’histoire macabre de la lagune de Bè sur Droit Libre TV.

L’État burkinabé a pris des mesures notables pour faire respecter les droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles, comme le droit international l’y oblige. Alors que le 1er juin se rapproche, nous espérons qu’il tienne sa promesse de fournir des services de planning familial gratuits et aille beaucoup plus loin afin de garantir que ces services soient véritablement accessibles, et ce de façon équitable, à toutes les femmes et les filles, peu importe où elles vivent, et que les autres obstacles qui entravent l’accès à la contraception, comme le manque d’information, soient éliminés grâce à une campagne globale de sensibilisation au niveau national.

Marie-Evelyne Petrus Barry, directrice d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale

img