Conflit foncier entre Ouolokoto et Banankeledaga : la quiétude des populations à rudes épreuves

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : vendredi 5 octobre 2018
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Société
AUTEUR : Masbé Ndengar

Ouolokoto et Banankeledaga sont deux villages voisins, situés à quelques encablures de la ville de Bobo, dans la province de Houet. Ils ne se parlent plus et ce, depuis 2015. Le foncier est à l’origine de la discorde.
Juillet 2016, l’irréparable s’est produit : les populations de ces deux villages se sont affrontées à coup de machettes. Un jeune homme a perdu un œil dans ce conflit sanglant. D’autres blessés se comptent également…aujourd’hui, les populations de ces deux villages évitent tout contact afin d’éviter de nouveaux drames.
Les autorités administratives, religieuses, coutumières et mêmes certaines ONG se sont mobilisées pour la résolution de la crise mais c’est toujours le statut quo : la situation reste toujours tendue.
Aujourd’hui, la cohésion sociale et la quiétude des populations sont mises à rudes épreuves car chaque village campe sur sa position. Pour certains, les agrobusiness seraient à l’origine de ce conflit. Il va s’en dire que les autorités doivent être plus regardant sur ces questions de terre et la venue de ces agrobusiness face aux populations qui deviennent de plus en plus vulnérables.

L’État burkinabé a pris des mesures notables pour faire respecter les droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles, comme le droit international l’y oblige. Alors que le 1er juin se rapproche, nous espérons qu’il tienne sa promesse de fournir des services de planning familial gratuits et aille beaucoup plus loin afin de garantir que ces services soient véritablement accessibles, et ce de façon équitable, à toutes les femmes et les filles, peu importe où elles vivent, et que les autres obstacles qui entravent l’accès à la contraception, comme le manque d’information, soient éliminés grâce à une campagne globale de sensibilisation au niveau national.

Marie-Evelyne Petrus Barry, directrice d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale

img