Koglzaaka : Quand les femmes assainissent la ville de Ouagadougou

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : jeudi 7 mars 2019
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Genre
AUTEUR : Ismaël Compaoré

L’association Koglzaaka et le Groupement d’Intérêts Economiques - Action et la Protection de l’Environnement (GIE-APE), qui réunis uniquement des femmes, font de la propreté de la ville de Ouagadougou leur combat quotidien. Elles sont spécialisées dans la collecte, le tri, la transformation et la valorisation des déchets.

Malgré leur bonne volonté et l’envie de vivre pleinement de cette activité, les difficultés ne manquent pas. Elles sont confrontées à l’incivisme des producteurs de déchets et surtout à la mévente des produits issus de la valorisation de ces déchets.

« La paix, c’est aussi l’Iran et l’Irak. Combats fratricides complexes, incompréhensibles ; où l’on ne sait plus qui est dans quel camp, tant les imbrications sont nombreuses. Mais où l’on peut retenir simplement que ces armes dont les cliquetis signifient la mort chantent aussi la tristesse pour les femmes, les enfants, les vieillards, ces armes-là, sont fournies chaque jour par ceux qui se nourrissent du sang des autres, par ceux qui jubilent lorsque le fer tue et que le feu brûle ».

Thomas SANKARA, le 17 novembre 1986 lors de la visite de François Mitterrand à Ouagadougou.

img