La parenté à plaisanterie : Outil de cohésion sociale au Burkina

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : mardi 2 avril 2019
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Culture
AUTEUR : Mouniratou Lougué

La parenté à plaisanterie, est une pratique ancestrale, qui a du mal à se frayer un chemin dans un quotidien en perpétuelle modernisation. Certains burkinabè, notamment les Yadcé et les Gourmantché, l’ont compris. Et pour perpétuer la tradition, l’initiative est partie de la création d’un groupe sur les réseaux sociaux en 2013, devenue aujourd’hui l’association Bulcina Maasuagu, Burkindi Roogmika (BMBR), officiellement reconnue depuis 2015, avec plus de 36600 membres.

« Le rôle des intellectuels n’est pas de participer à la lutte pour le pouvoir. Encore moins de chercher à l’exercer. Leur rôle est, précisément, de se dessaisir autant que possible de tout pouvoir, de renoncer à l’exercice de tout magistère. Il n’est pas d’interpeller qui que ce soit. Il est de se faire, pour une fois, les maîtres de l’ascèse. »

Achille MBEMBE, historien et politologue camerounais in « Le lumpen-radicalisme et autres maladies de la tyrannie », publié dans le MONDE Afrique

img