Brigade de gendarmerie de Kaya : Le mur de la collaboration entre populations et gendarmes

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : lundi 6 avril 2020
CATEGORIE : Vidéos
THEME : Sécurité
AUTEUR : Aristide OUANGRE

L’insécurité est devenue un thème central au Burkina Faso, avec l’avènement des attaques armées contre des positions des forces de défense et de sécurité, mais aussi contre des populations civiles.

A Kaya, des élèves ont eu l’initiative, assez originale, de lancer une collecte de fonds pour la construction d’un mur pour la gendarmerie de leur ville.

Malgré les difficultés rencontrées, ils ont fait preuve de détermination, et ont fini par convaincre les autorités locales et les bonnes volontés de la noblesse de leur projet. Par les soutiens multiformes, le projet a pris forme et a pu se concrétiser.

Aujourd’hui, le mur de la gendarmerie de Kaya est enfin prêt, au grand bonheur des élèves et des forces de défense et de sécurité. Ils sont fiers des efforts accomplis et des sacrifices consentis.

La réalisation de l’infrastructure a mis à contribution des élèves des différentes écoles de la ville, ainsi que des personnes de bonnes volontés autochtones ou non, engagées dans le sens de la lutte pour la protection des personnes et des biens.

C’est assez rare pour être souligné, que des élèves s’illustrent aussi positivement dans la réalisation de telles initiatives.

« Le rôle des intellectuels n’est pas de participer à la lutte pour le pouvoir. Encore moins de chercher à l’exercer. Leur rôle est, précisément, de se dessaisir autant que possible de tout pouvoir, de renoncer à l’exercice de tout magistère. Il n’est pas d’interpeller qui que ce soit. Il est de se faire, pour une fois, les maîtres de l’ascèse. »

Achille MBEMBE, historien et politologue camerounais in « Le lumpen-radicalisme et autres maladies de la tyrannie », publié dans le MONDE Afrique

img