DÉCLARATION D’ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE OUEST-AFRICAINE EN SOUTIEN AU PEUPLE DU MALI POUR UNE SORTIE DE CRISE RAPIDE ET DEMOCRATIQUE.

PAYS : Mali
DATE DE PUBLICATION : mercredi 19 août 2020
CATEGORIE : Blog
THEME : Politique

Ceci est une déclaration de la Société Civile Ouest-Africaine, relative à la situation du Mali.

NOUS, CITOYENS de la CEDEAO et représentants de mouvements et associations africains inscrits dans l’esprit de communauté de destin, ainsi que notre volonté commune de passer à une autre étape décisive de l’intégration régionale, sommes préoccupés par la situation au Mali et solidaires au peuple malien dans toutes ses composantes.

NOUS CONSTATONS, avec regret, que la situation au Mali, marquée depuis quelques semaines par des manifestations légitimes et persistantes d’une grande partie de la population, a causé la mort d’une vingtaine de maliens et abouti à une rupture de constitutionnalité avec l’intervention des Forces Armées, ce mardi 18 Aout 2020.

Cette nouvelle situation inédite marquée par la dissolution de l’Assemblée Nationale et la démission du Président, Ibrahim Boubakar Keïta, met le Mali dans une grande instabilité et contribue à l‘opacité dans la gestion des affaires de l’État. Face à cette situation, et à la décision de l’armée de mettre en place le Comité national pour le Salut du Peuple (CNSP), nous appelons au calme et à la sérénité dans les casernes et dans les rues, au Mali.

NOUS TÉMOIGNONS toute notre solidarité au peuple malien, dans toutes ses composantes, DEMANDONS à nos frères et sœurs du Mali de privilégier le dialogue pour trouver une voie rapide de sortie de crise.

NOUS INVITONS, les différentes forces engagées dans la recherche de voies consensuelles de résolution de la crise multidimensionnelle que traverse notre “MAISON COMMUNE”, le Mali, à se retrouver autour d’une instance de transition d’union nationale pour convenir d’un agenda rapide de retour à la normalité constitutionnelle.

NOUS LANCONS UN APPEL SOLENNEL à ll’UEMOA, au G5 SAHEL et à la CEDEAO d’user des moyens diplomatiques pour accompagner le peuple malien dans la recherche de solutions durables à la crise multidimensionnelle qui sévit au Mali depuis très longtemps et de se conformer à la volonté du peuple malien.

Enfin, NOUS EXHORTONS les organisations et leaders de la société civile malienne à s’impliquer entièrement dans la gestion de la crise, pour influencer une issue heureuse, favorable à l’intérêt national du Mali.

PUISSE DIEU ASSISTER LE PEUPLE FRÉRE ET PERMETTRE LES CONDITIONS D‘UN RETOUR A L‘ORDRE CONSTITUTIONNEL NORMAL DU PAYS.

VIVE LE MALI
VIVE LA CEDEAO
VIVE L’AFRIQUE

Les organisations signataires :

Leadership,Ethique, Gouvernance et Stratégies pour l’Afrique (LEGS-Africa),

Observatoire Suivi des Indicateurs de Développement Economique en Afrique (OSIDEA),

SYTO SENEGAL,

AFRICTIVISTES,

Rencontre Africaine des Droits de l’Homme (RADDHO),

ENDA Tiers-Monde/Réseau International ,

Rapport Alternatif sur l’Afrique (RASA)/ Secrétariat permanent,

Action Humaine pour le Développement Intégré au Senegal (AHDIS),

Centre Africain pour le commerce, l’intégration et le Dévelopepemnt (ENDA CACID)

MEET IN AFRIKA,

AfrikaJOM Center ,

Contacts :

LEGS-Africa : tomorrowafrica@gmail.com

Alpha Waly Diallo : +221771292422
Elimane H KANE : +221 776508844

« Le rôle des intellectuels n’est pas de participer à la lutte pour le pouvoir. Encore moins de chercher à l’exercer. Leur rôle est, précisément, de se dessaisir autant que possible de tout pouvoir, de renoncer à l’exercice de tout magistère. Il n’est pas d’interpeller qui que ce soit. Il est de se faire, pour une fois, les maîtres de l’ascèse. »

Achille MBEMBE, historien et politologue camerounais in « Le lumpen-radicalisme et autres maladies de la tyrannie », publié dans le MONDE Afrique

img