Universités Citoyennes (UNIC) des Jeunes Ambassadeurs : Les jeunes s’engagent à promouvoir la paix et la cohésion sociale au Burkina Faso !

PAYS : Burkina Faso
DATE DE PUBLICATION : mardi 8 septembre 2020
CATEGORIE : Articles
THEME : Education

Du 6 au 26 août 2020, le projet Jeunes Ambassadeurs (JA), à travers l’Association Monde Rural (AMR), un membre du consortium, a organisé les Universités Citoyennes (UNIC) à Fada N’Gourma. C’était la 5e édition et le thème retenu était : « Engagement citoyen des jeunes : rôle de la jeunesse dans la consolidation de la paix et de la cohésion sociale ».

La montée des couleurs
Les Universités Citoyennes (UNIC) 2020 ont été placées sous la présidence de Prosper Toussaint Sanou, Gouverneur de la région de l’Est et sous le parrainage du Directeur Régional de la Femme, de la Solidarité Nationale, de la Famille et de l’Action Humanitaire. Le Directeur Régional de la Jeunesse et de la Promotion de l’Entreprenariat des Jeunes en était le co-parrain.

Pendant trois semaines durant, les participants, une quarantaine, appelés Jeunes Ambassadeurs, ont été formés dans divers domaines. Ils sont venus d’une dizaine de localités de l’Est mais également de Gourcy. Le Directeur de Cabinet de la Mairie de Fada, représentant le Maire, après avoir souhaité la bienvenue aux ‘’étudiants citoyens’’, a réitéré la disponibilité de sa ville à les accompagner tout en souhaitant un avenir radieux au Projet Jeunes Ambassadeurs qui a sa « raison d’être ». « Je fonde l’espoir que ces jeunes filles et garçons seront des exemples auprès de leurs camarades », a t-il martelé avant d’exhorter les jeunes à être des ambassadeurs du civisme et de la cohésion sociale partout au Burkina Faso.

Formation en Mojo
Visiblement enthousiaste d’une telle action dans un pays où il estime que le « civisme et la citoyenneté sont en crise », le gouverneur dit partager le bien fondé des UNIC dans une Nation où le « respect de l’autorité doit être enseigné aux jeunes ». Il poursuit : « Les casses de biens publics ont pris des proportions dangereuses dans notre Nation. La cohésion sociale doit être le fondement de notre société. Le goût de l’effort, le travail, le respect en famille ne doivent pas être des vains mots. Dans quelques années vous serez la relève du Burkina Faso, ainsi vous devez saisir toutes les occasions d’apprentissage. La Nation toute entière compte sur vous. Les UNIC sont une occasion pour cultiver l’amour, la patience, les valeurs républicaines », a longuement insisté le gouverneur. Il invite l’administration a accompagné les UNIC.

Luc Damiba, Coordonnateur National du projet Jeunes Ambassadeurs embouche la même trompette : « Écouter, parler, dialoguer et transmettre, ce sont là, les quatre objectifs du projet Jeunes Ambassadeurs que les jeunes doivent faire les leurs ».

Durant 26 jours, divers modules ont été enseignés. Engagement citoyen, les dangers liés à l’utilisation des réseaux sociaux, le respect du bien public, la gouvernance, les droits humains, la prise de parole en public, la formation en Mobile journalism (MOJO) et en écriture de presse, l’éducation à la vie familiale, etc. sont entre autres les enseignements dont ont bénéficié les participants.

Le séjour a été également ponctué par des visites dans les administrations et les sites touristiques. En effet, les étudiants ont effectué successivement des visites au gouvernorat de l’Est où ils ont été reçus par le gouverneur lui-même, au baobab historique de Fada N’Gourma où l’histoire de cet arbre emblématique a été racontée. Après la visite du baobab, le cap a été mis à la laiterie de Fada, la première laiterie du Burkina Faso qui a été créée en 2003. C’est à la fois une immersion dans la tradition mais aussi dans la connaissance des institutions étatiques.

Les autorités étaient présentes
L’un des moments forts était l’activité de régulation de la circulation routière. Pendant plus deux heures d’horloge, ils ont été aux cotés des Volontaires adjoints de sécurité (VADS) pour contribuer à réguler la circulation. Ils ont suscité à la fois la curiosité et l’admiration des usagers. Cela leur a également permis de s’imprégner des difficultés qui entourent ce métier. « On pensait que c’était facile mais c’est fatiguant », a souligné Jecolia Zoungrana qui s’est adonné à cette tâche. Et sa consœur Chawquia Ouédraogo de soutenir comiquement « désormais on va mieux les respecter [VADS] », se plaint de son bras qui lui fait mal à force de tendre la main pour demander aux usagers de marquer un arrêt.

La décoration des chaussures, la fabrication des chaussures, le théâtre, la compétition de slam, danse, chant, etc. sont également autant d’activités qui ont été menées par les apprenants de la 5e édition des UNIC. Pour le Coordonnateur national de l’Association Monde Rural (AMR Burkina), Amadou Ouangré, ce fut un pari réussi. Pour lui, les résultats sont au-delà de ses attentes. « Malgré la fatigue, les jeunes sont restés motivés et très dynamiques durant trois semaines de formation », se félicite Amadou Ouangré.

Régulation de la circulation routière
En rappel, le projet Jeunes Ambassadeurs est piloté par quatre organisations de la société civile burkinabè. Il s’agit de l’Association Semfilms(chef de file), l’Association Monde Rural(AMR Burkina), du Balai Citoyen et de l’Institut Ffree Afrik. Il est financé par l’Union Européenne sur une durée de 3 ans. Ce projet intervient dans la région de l’Est du Burkina Faso.

Photos de souvenir et câlins ont mis fin à la séparation « douloureuse » des participants aux UNIC 2020. A l’année prochaine pour la 6e édition.

Masbé NDENGAR

« Le rôle des intellectuels n’est pas de participer à la lutte pour le pouvoir. Encore moins de chercher à l’exercer. Leur rôle est, précisément, de se dessaisir autant que possible de tout pouvoir, de renoncer à l’exercice de tout magistère. Il n’est pas d’interpeller qui que ce soit. Il est de se faire, pour une fois, les maîtres de l’ascèse. »

Achille MBEMBE, historien et politologue camerounais in « Le lumpen-radicalisme et autres maladies de la tyrannie », publié dans le MONDE Afrique

img